Le marché du décisionnel traverse la crise sans fléchir. Avec une croissance de 7% en 2011, il prouve que dans un contexte économique incertain, les entreprises ont plus que jamais besoin d’informations pour appréhender leur marché, comprendre leurs clients et aider leurs équipes à mieux vendre.

IDC le constatait à l’occasion de son dernier Forum « Le décisionnel en action », de plus en plus de fonctions utilisent les applications décisionnelles, qui ne sont plus réservées aux statisticiens. De nouveaux utilisateurs tels que les responsables de la maintenance, les ingénieurs de production, les logisticiens, exigent aujourd’hui des applications qui leur permettent d’intégrer de plus en plus d’intelligence au cœur de leurs processus opérationnels.

Pour les directions métiers, l’apport de ces solutions décisionnelles agiles se retrouve à plusieurs niveaux :

  • réduction des délais d’analyse, ce qui permet de faire tourner un plus grand nombre de scénarios,
  • intégration dans les processus métiers clés, avec la possibilité d’obtenir des ajustements et des recommandations en quasi temps réel,
  • capacité de révision plus fréquente des plans et des prévisions, pour une meilleure réactivité face aux conditions du marché.

 

 

Collaboration et agilité

Autre évolution constatée par IDC : le besoin d’applications plus collaboratives. Les prises de décisions impliquent de plus en plus d’acteurs et exigent une forte réactivité. Les directions métiers ont également besoin d’informations pertinentes : plus rapides à obtenir, mais aussi plus variées et « inattendues ». Dans un environnement en constante évolution, l’utilisateur doit faire varier facilement ses axes d’analyse, car il ne sait pas à l’avance de quelles informations il aura besoin.

Face à lui, les données se multiplient. Avec le développement de l’e-commerce, des medias sociaux, des contenus générés par les utilisateurs, des systèmes embarqués, les sources se multiplient et les données sont de plus en plus hétérogènes. Le besoin de plateformes d’accès unifié se ressent fortement.

 

 

Trois facteurs d’accélération du marché

IDC recense 3 phénomènes qui influencent et accélèrent le marché du décisionnel :

  • La mobilité, qui devient un pré-requis des projets clients et se trouve souvent associée aux besoins d’analyse des ventes (fonction la plus souvent présente dans les cahiers des charges)
  • Les médias sociaux, qui deviennent incontournables dans les stratégies marketing des entreprises, qui ont lancé des projets de surveillance de l’e-réputation et de repérage des influenceurs, mais se trouvent confrontées à plus de difficultés lorsqu’il s’agit de lier les données avec leur CRM ou leur base de données marketing, pour mener des actions de conquête ou de fidélisation sur ces canaux.
  • Le Big Data, qui se caractérise par les 4V : volumétrie, variété, vélocité et valeur.

 

En synthèse de cette présentation, IDC rappelait les intentions d’investissement des entreprises sur 2012 : dans les trois premiers besoins exprimés, le reporting commercial est en tête, devant le reporting financier, suivi par l’analyse des données de production.